- LE 6ème CONGRES INTERNATIONAL FIAPP-RNO

- La canine des hominidés : une approche anthropologique. Pascal PICQ. Collège de France, Paris.

- 4ème Congrès de la F.I.A.P.P. (Fédération Internationale des Associations Pedro Planas.) à Florence.

- Lille - Mai 2011.

- 2ème Congrès International de la FIAPP à Barcelone. Mai 2006.


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode. Vérifiez ici.

 
Résumé des communications de Lille. Mai 2011.(2ème partie)

Docteur Frédéric GADENNE - Chirurgien dentiste.

La Mastication Fonctionnelle.

Depuis plus d’un siècle, différents concepts occlusaux ont été décrits par différents auteurs selon l’abord plutôt mécaniste ou fonctionnel de la mastication qu’ils proposent. Nous proposons une définition actualisée de la mastication physiologique clairement lisible au moyen d’une animation vidéo tridimensionnelle. Seule la connaissance du « normal » concernant la mastication pourra permettre, tant aux praticiens occlusodontistes, orthodontistes, prothésistes et omnipraticiens, de projeter les solutions thérapeutiques adéquates pouvant répondre aux diverses pathologies rencontrées chez nos patients. Cette présentation fait suite à celle du Docteur Philippe HARB dans le cadre de son Concept Mandibulaire Tridimensionnelle, le CMTH. Elle s’articule autour de la définition des principes fonctionnels de la mastication. Puis, une animation par infographie 3D permet de comprendre de façon simple et didactique, à la fois la relation musculaire maxillo-mandibulaire dans l’espace, mais aussi la réalité des contacts dento-dentaires pendant la fonction de mastication. Enfin, une application thérapeutique : un cas clinique de réhabilitation occlusale prothétique conclut le sujet. MOTS CLES : CMTH - Dynamique mandibulaire physiologique – Mastication fonctionnelle – Animation 3D.

 


Docteur Gwenael RAOUL – PHU dans le service de Chirurgie Maxillo-Faciale et Stomatologie de l’hôpital Roger Salengro à Lille.

Muscles masticateurs et dysmorphoses dento maxillo faciales : phénotype et fondements génétiques.

L’influence des muscles sur la croissance et le maintien de la forme des os du complexe cervico-cranio-facial est une notion intuitivement admise, et illustrée par exemple par la déformation caractéristique dans le torticolis congénital ou l‘évolution de l’articulé dentaire dans les myopathies. Apporter la preuve et le mode de régulation de cette influence est beaucoup plus difficile et soulève le problème de l’interaction éventuelle ainsi que de la modulation du profil génétique. Plus complexe encore est l’identification du primum movens de la dysmorphose dento-maxillo-faciale, étant entendu qu’il ne s’agit pas de malformations mais de variations dans les limites de la normale. Pour autant, dans le cadre des dysmorphoses dento-maxillo-faciales, la compréhension et le contrôle éventuel de ces influences est primordial, que ce soit pour la mise en place d’un traitement orthodontique ou la stabilité à long terme d’une chirurgie orthognatique. Les traitements orthodontiques interceptifs seraient également potentialisés par cette compréhension. Grâce à des travaux fondamentaux sur le phénotype et le génotype du muscle masséter humain, nous allons tirer les premières conclusions et les éventuelles implications cliniques.

 


Pr Joël FERRI – Chef du service de Chirurgie Maxillo-Faciale et Stomatologie de l’hôpital Roger Salengro à Lille.

Peut-on changer la forme de la mandibule ?

La mandibule est l’os le plus adaptatif de la face. Appendue à la base du crâne elle est en mobilité quasi permanente. Elle répond à de nombreuses sollicitations. Sa croissance dépend de plusieurs facteurs, certes génétiques, mais également épi-génétiques, la croissance mandibulaire étant en grande partie liée à l’activité de matrices fonctionnelles multiples. La forme de la mandibule dépend également de sollicitations fonctionnelles. Certaines pathologies sont à l’origine de déformations tout à fait caractéristiques. En dehors de ces grandes pathologies Björk a classifié les types de mandibule rencontrés. Si la possibilité de corriger des anomalies de formes secondaires à une pathologie donnée est évidente, dans les formes « extrêmes de la normalité » les modifications pérennes de changement de forme sont difficiles à obtenir. Si la chirurgie peut donner des résultats à court terme, la stabilité de ces corrections de même que ceux obtenus par les traitements orthopédiques sont plus incertains. Cette situation est liée à la complexité des éléments participant à la détermination de la forme mandibulaire. Ces facteurs bien que connus (posture, typologie musculaire, fonction manducatrice, respiration, génome) ne sont pas toujours accessibles à un traitement. Enfin la reconnaissance chez un sujet donné de la responsabilité de tel ou tel facteur est très complexe et ne permet donc pas toujours la mise en place de la correction appropriée.

 


Docteur Jean-Marie DERSOT – Chirurgien dentiste pratique limitée exclusivement à la Parodontie et à l’Implantologie.

Récession gingivale et orthodontie : des décisions fondées sur les preuves cliniques.

La présence ou l’apparition d’une récession gingivale, avant, pendant ou après un traitement orthodontique, pose un réel problème. Le patient s’inquiète de perdre sa (ses) dent(s), mais peut aussi se plaindre d’un désagrément esthétique réel ou de sensibilités radiculaires au niveau de la zone exposée. L’orthodontiste ne sait pas si son traitement est responsable de cette situation et n’arrive souvent pas à préciser à quel moment cette récession doit être traitée. L’objectif de cet article est :
- De rappeler les étiologies des récessions et de préciser le rôle éventuel de l’orthodontie dans leur genèse.
- De donner des arbres de décision pour aider au choix quant au meilleur moment pour les prendre en charge.
- D’illustrer, au travers de plusieurs cas cliniques, la succession thérapeutique (avant ou après l’orthodontie), les protocoles chirurgicaux et les résultats que les techniques de chirurgie plastique parodontale permettent d’atteindre aujourd’hui.

 


Docteur Pascal CHATELET – Chirurgien dentiste.

La RNO de 7 à 77 ans.

Un enfant fait ses dents, un homme les porte plus ou moins bien et finit parfois par les perdre… Il y a donc de nombreuses occasions de faire appel à nos compétences. Planas nous a donné les clefs conceptuelles pour ouvrir notre esprit à la réflexion avant d’engager notre action thérapeutique, ainsi, nous pouvons répondre à chaque âge et quelque soit le problème rencontré altérant la fonction de mastication. Il est surprenant que d’autres sociétés dites savantes trouvent original d’avoir tout simplement un objectif thérapeutique bien défini alors que les clefs proposées par ailleurs n’ouvrent que des livres de recettes pour un objectif peu lisible et pour le moins subjectif. Les cas présentés illustreront la Réhabilitation Neuro-Occlusale en parodontie, en prothèse et en orthodontie à différents âges de la vie.

 


Docteur Francis BENGUIGUI – Chirurgien dentiste.

Parodonte et RNO : Réhabilitation microbiologique et fonctionnelle.

P. Keyes, pionnier de la thérapie non chirurgicale de la maladie parodontale, avait associé au microscope l’utilisation de préparations antiseptiques spécifiques. En France J. Charon a repris ce protocole en introduisant quelques différences, comme le fait d’éviter tout sondage afin de respecter la trame collagénique encore existante, tenant compte des critères microbiologiques et cliniques, et donnant une grande importance à la relation avec le patient. La réhabilitation parodontale microbiologique et fonctionnelle reprend ces principes en y ajoutant une modalité particulière pour récupérer une écologie bactérienne physiologique et pour diagnostiquer et corriger l’anomalie occluso-fonctionnelle.

 


Docteur Jean-Claude MONIN - Chirurgien dentiste. Ancien Assistant H.U.

La RNO au secours de l’ATM.

 Conscients de l’incidence occlusale sur les problèmes posturaux, les ostéopathes demandent de plus en plus la collaboration du chirurgien dentiste. Ce dernier se trouve alors confronté dans la plupart des cas à un problème d’ADAM anciennement dénommé SADAM ou encore « syndrome de Costen » . Les pistes occlusales, élaborées en accord avec les principes de la RNO, nous permettent de lever les algies et de proposer un PLAN DE TRAITEMENT « post traumatique » à nos patients. Le but de notre approche thérapeutique est le rétablissement d’une symétrie fonctionnelle améliorant par là même la fonction articulaire et plus globalement les symptomatologies posturales associées.

 


Docteur Pascal SCHEEN – Chirurgien dentiste.

Mastication et morphologie condylienne : du modèle théorique aux applications cliniques.

La simple observation de crânes secs de carnivores, herbivores et rongeurs permet de mesurer à quel point la morphologie condylienne dépend de la typologie des cycles masticatoires. Au-delà des caractéristiques propres de leur basiocrâne, qu’en est-il chez les grands singes et l’homme ? Le modèle proposé par Jeoffrey Nickel explique les variations dimensionnelles du condyle mandibulaire en fonction des efforts auxquels il est soumis. Dans le contexte particulier de la mastication humaine, nous verrons la cinématique de l’ATM lors des entrées et sorties de cycle et l’importance du mouvement de Lauret. Quelles sont les conséquences pratiques de ces données physiologiques dans notre quotidien, en terme de croissance, d’asymétrie et de mastication unilatérale non alternée ? Quels instruments pouvons-nous utiliser au cabinet pour mieux cerner les caractéristiques de la morphologie de l’articulation tempora-mandibulaire ?

 


Docteur Maurizio REALI – Chirurgien dentiste.

Traitement des dysfonctions et rééquilibration occlusale par By-Te Reali, un bite RNO.

Le Prof. Pedro Planas, avec ses intuitions successivement organisées en lois, confortées par une pratique clinique développée sur des dizaines d’années et milliers de patients, nous a permis de connaître intimement la réelle fonction de l’appareil stomatognathique, recentrant justement notre enquête diagnostique sur la bouche. La dentisterie moderne a entrepris un parcours hyperspécialisé, complexe, qui a peut-être délaissé le côté fonctionnel de notre intervention : la nécessité d’obtenir une correcte fonction masticatoire, unique possibilité de maintenir stables dans le temps les résultats obtenus par nos thérapies. Le by-Te Reali C’est bien pour obtenir cette fonction symétrique à partir d’une fonction bloquée, mono ou bilatérale, que j’ai mis au point un bite asymétrique, le by-Te Reali, idéal chez les dysfonctionnels. Planas, en vérité, était défavorable à l’utilisation de bites ou d’autres appareillages qui, d’une manière générale, ne laissent pas les dents libres : nous verrons donc le motif pour lequel associer un bite (en l’occurence un by-Te Reali) aux techniques RNO.

Un usage idéal du by- Te Reali, nous l’avons, par exemple, dans la mastication monolatérale fixe qui, généralement, détermine une perte de dimension verticale monolatérale avec une croissante incarcération du condyle homolatéral, et, en dernier, une prévisible pathologie au niveau de l’ATM.

L’intervention du by-Te Reali permettra de : 1. recentrer la mandibule (si perte de dimension verticale) 2. libérer la latéralité bloquée 3. invertir les AFMP, facilitant celui bloqué et entravant le fonctionnel 4. rechercher le contact de balance dans l’exécution de la latéralité bloquée.

Il est ainsi possible de définir ce bite comme asymétrique, réhabilitatif, avec un mécanisme d’action inverse de l’asymétrie fonctionnelle de départ, donc un bite de REPROGRAMMATION MOTRICE. Le traitement est rapide : port nocturne pour 2-3 mois, contrôle bi-hebdomadaire qui consistent en une progressive réduction de la dimension verticale du bite même, maintenant invariées les conditions de fonctionnement citées ci-dessus. A la fin du traitement nous mettrons en place les moyens nécessaires pour maintenir la position mais surtout la fonction correcte retrouvée : meulages sélectifs, rehaussements occlusaux, réhabilitations prothétiques, orthodontiques etc, bien entendu toujours dans le respect des règles de la RNO planassienne. La kinésiographie (KS Biotronic) est l’examen de contrôle de choix dans la mesure où elle mesure le mouvement (et le dysfonctionnel est un ipocinétique : il a perdu sa capacité de mouvement). Elle sera répétée plusieurs fois durant le traitement afin d’obtenir une évaluation objective des progrès thérapeutiques obtenus.

 


Docteur Edoardo ZAFFUTO – Chirurgien dentiste.

Réhabilitation motrice des reliquats des fractures condyliennes : rapport de cas.

Dans le corps humain la mandibule est comparable à un piédestal qui soutient le crâne et le corps tout entier. Si le piédestal devait se raccourcir en raison d’une perte de dimension verticale postérieure, unilatérale ou bilatérale, le crâne serait déséquilibré, il perd son centre de gravité et son poids se décharge au sol en un point différent, provoquant non seulement une perte des corrects rapports cranio-cervicaux et cranio-mandibulaires, mais de tout l’équilibre postural de l’individu et l’apparition de tensions musculaires diffuses. Seul le rétablissement d’une correcte relation cranio-mandibulaire et d’une correcte fonction garantit le stimulus nécessaire aux structures neuro-musculaires pour un développement physiologique et la pérennité d’un statut de santé et de bien-être. Pour ce motif les traitements orthodontiques et orthopédiques doivent utiliser des appareillages capables d’exercer une excitation neurale « ciblée » seulement sur certaines zones de la bouche, d’induire une action spécifique sur la musculature, de corriger des vecteurs de croissance osseuse pathologiques et d’obtenir de nouveaux « stimuli de croissance », capables de donner une correcte fonction masticatoire, en particulier dans les reliquats de fractures mandibulaires, cas où cette fonction est particulièrement compromise.

 


Docteur Frédéric RIMETZ – Médecin Sexologue.

Un certain rapport avec le patient ! Ou l’apport de l’odontologie à diverses problématiques sexuelles…

La bouche est l’organe érotique par excellence. Si pour le sexologue, la bouche est un outil particulièrement performant dans les « rapports sexuels » (définition toujours au cœur de l’approche sexologique, à réévaluer sans cesse, tant la nécessité du rapport semble éloigner les partenaires d’eux-mêmes), la bouche reste réceptacle, baiser ou morsure. C’est une approche cependant limitée pour l’organe porte d’entrée ou de sortie du souffle de la vie et de la parole. Mais pour l’odontologue, la bouche ne gagne guère non plus en importance signifiante : dents à réparer, sourire social toutes dents dehors, outil de mastication… Quid des aspects de la vie sexuelle : mauvaise haleine, appareils dentaires, fluides corporels restent des tabous sans doute difficiles à contourner au cabinet dentaire. Pourtant sexologie et odontologie ont certainement à voir ensemble. Comment donner un sens, démêler les intrications entre « état buccal » et « état sexuel » ?

 


Docteur Christian MINAUD - Chirurgien dentiste spécialiste qualifié en orthopédie dento-faciale.

Composite et prophylaxie des DTM.

 Comment éviter dès le plus jeune âge les futurs désordres de l’articulation temporo-mandibulaire ? En modifiant la forme du rail dento-dentaire responsable de la mauvaise cinématique mandibulaire. La nouvelle cinématique va induire progressivement l’édification de structures articulaires physiologiques. Nous observerons un enfant de 6 ans à 12 ans.

 


Professeur Michel LIMME – Service d’Orthodontie et de Pédodontie à l’Université de Liège.

Expériences avec l’appareil à pistes de rodage de Planas dans les traitements interceptifs précoces.

Ce sujet a été présenté comme « keynote lecture » au 5ème Congrès mondial d’orthodontie qui s’est tenu à Sidney (Australie) en 2010. Le but de cette conférence était de présenter les concepts de la Réhabilitation Neuro-Occlusale de Planas devant un auditoire de collègues, de confrères et de scientifiques internationaux qui étaient totalement ignorants de ce sujet. Ce type de conférence nécessitait une approche scientifique rigoureuse et la présentation de résultats « evidence based ».

Après avoir introduit le concept de la mastication unilatérale alternée, un parallélisme est présenté entre une mastication attritionnelle chez l’enfant, qui produit une expansion satisfaisante des arcades et une mastication non-attritionnelle, responsable de sous-développement et notamment d’encombrements incisifs.

Les appareils à pistes de rodage de Planas sont décrits et expliqués dans leur mode de fonctionnement. Leur efficacité est attestée par des cas cliniques. A un niveau scientifique, une analyse rétrospective de la littérature montre que ce sujet est peu développé dans la littérature internationale. Les résultats des travaux de Pedro Planas, Carlos de Salvador Planas, Alexei Del Aguila, Christine Frankenne, … sont rapportés mais, malheureusement, souvent l’approche méthodologique et l’absence d’échantillon témoin rigoureusement apparié ne permettent pas de démontrer de manière « evidence based » la réelle efficacité de cette thérapeutique. Les travaux en cours (à l’époque) de Marie Leroux constituent une approche qui tente de palier à ces critiques.

En conclusion, si nous souhaitons que les concepts de Planas puissent recevoir la diffusion et la reconnaissance scientifique qu’ils méritent, il est important que de nouvelles études cliniques rigoureuses avec des échantillons contrôles parfaitement appariés soient planifiées par des praticiens compétents en Réhabilitation Neuro-Occlusale. A nous donc d’en relever le défi !


 






 


- Résumé des communications de Lille. Mai 2011.(2ème partie)

- Résumé des communications de Lille. Mai 2011. (1ère Partie)

- La Réhabilitation Neuro-Occlusale (RNO).

- Résumés des conférences des Journées Cliniques de Dinan en Mai 2009.

- Analyse occlusale d’écoliers indigènes d’Amazonie.(Bedoya A., Rivera S., Triana F.E.)

- La canine des hominidés : une approche anthropologique. Pascal PICQ. Collège de France, Paris.

- Résumé des communications de Vichy

- Allaitement et malocclusions (Dr Jean-Louis RAYMOND)

- Génétique- Epigénétique ( Dr Raymond INGRAND)

- Résumé des communications d’Annecy

0 | 10

- LES SEMINAIRES
- LE 6ème CONGRES INTERNATIONAL FIAPP-RNO
- Le 5ème Congrès de la FIAPP à PARIS (2ème (...)
- Le 5ème Congrès de la FIAPP à PARIS (1ère (...)
- LES 12 èmes JOURNEES CLINIQUES de l’AFPP/RNO . (...)

Création de site internet
<:icone_suivi_activite:> RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé