- Résumés des conférences des Journées Cliniques de Dinan en Mai 2009.

- LE 6ème CONGRES INTERNATIONAL FIAPP-RNO

- Journées Cliniques" les 26, 27 et 28 mars 2015 à Nantes

- LES SEMINAIRES

- Le 5ème Congrès de la FIAPP à PARIS (1ère Partie)


Nous adhérons aux principes de la charte HONcode de HON Nous adhérons aux principes de la charte HONcode. Vérifiez ici.

 
Résumés des conférences des Journées Cliniques de Dinan en Mai 2009.Equilibre Occlusal- Equilibre Postural.

RNO et posture : Evidences cliniques. (Dr François MALHERBE Chirurgien-dentiste spécialiste qualifié en orthopédie dento-faciale)

Les échecs, les récidives de nos traitements nous semblent quelquefois incompréhensibles : c’est qu’ils trouvent souvent leur origine loin de la bouche, ou du moins dans des domaines dont nous avons longtemps eu l’impression qu’ils échappaient à notre action thérapeutique. Inversement nous nous rendons compte que nos traitements fonctionnels réussis ont une action qui va au-delà de l’appareil manducateur, que les autres professionnels rencontrent les mêmes problèmes, butent sur les mêmes blocages, et que bien souvent la thérapeutique de l’un permet de faire avancer le traitement de l’autre. Avec un coup d’oeil différent, l’examen clinique un peu élargi permet de mettre en évidence les relations entre deux équilibres singulièrement liés, l’occlusal et le postural.
Aux autres intervenants du congrès de nous dire "POURQUOI ?".

Avènement de la station érigée et gravitation universelle. (Dr Raphaël FENART- Docteur en médecine et Chercheur au CNRS.)

Les êtres vivants sont soumis, outre les impératifs biologiques (génétiques et mésologiques) qui leur sont propres aux contraintes exercées par les lois de la physique. Parmi ces dernières, la gravitation universelle, captée par le labyrinthe de l’oreille des vertébrés est intervenue tout au long de l’évolution. La notion d’horizontalité (découlant de celle de verticalité apportée par la pesanteur) est apportée par les canaux semi-circulaires externes qui orientent la tête de façon à ce que les conditions de survie de l’animal et de l’espèce qu’il représente soient optimales. Les réflexes nés de toute modification de leur direction (notamment par croissance de l’encéphale entraînant l’amplification de la tête pré-otique) agissent sur la musculature rétro-axiale en vue de rétablir cette horizontalité. Par leur répétition, ces tractions ouvriraient un nouvel espace intra crânien (profitable au cerveau) et provoqueraient une bascule de l’occipital, donc une érection corporelle plus accentuée. De ce fait, le neurocrâne va tendre à s’équilibrer dans sa forme et dans sa position par rapport à la verticalité labyrinthique. La réduction faciale agit dans le même sens. Dans la biosphère terrestre et par une anti-entropie inexpliquée, les vertébrés ont ainsi entrepris une lutte contre la gravitation, en s’affranchissant du milieu aquatique, en transformant les nageoires en membres marcheurs, puis en passant du stade quadrupède au stade bipède. La station droite a modifié certaines parties du corps et a pu aussi être à l’origine de certains désagréments. En outre la question se pose de savoir si l’homme à un avenir cosmonautique, en l’absence de la pesanteur qui a guidé son évolution passée, pour laquelle de nombreux mystères demeurent, ainsi d’ailleurs que pour la définition de la vie elle-même.

La posture céphalique mesurée par clinomètre enregistreur.( Jean Paul LOREILLE).

En anatomie, en anthropologie et en orthopédie dento-faciale, il est nécessaire de définir une orientation de la tête. Les plans d’orientation classiques sont soit définis par des points situés sur des structures osseuses, ils sont anatomiques, soit physiologiques : attitude de la tête du sujet regardant l’horizon ou fixant ses yeux dans un miroir, le sujet étant immobile. Nous proposons une détermination expérimentale dynamique sur le sujet mobile. La référence choisie est l’orientation vestibulaire qui répond à une constance cosmique, invariable, la gravité. La position"habituelle" de la tête a donc été déterminée par rapport au vecteur pesanteur dans différentes activités humaines : marche, nutrition, lecture et comparée aux postures "classiques". Un matériel de mesure très élaboré a permis de déterminer la posture et les résultats ont montré que la posture est beaucoup plus variable que les travaux classiques ne le laissaient supposer et qu’une position "habituelle" n’existe que pour une activité particulière.
Mots-clefs : posture, posture habituelle, orientation vestibulaire.

Généralités sur la posture de l’enfant et de l’adulte. (Dr Philippe DUPUI- Neurologue- Maître de Conférences Universitaires.)

Le contrôle postural de l’enfant à l’adulte : Physiologie, clinique et exploration.
Par leur activité tonique de base, les muscles anti-gravitaires (extenseurs de l’organisme) assurent le maintien d’une posture choisie. Ceci est un préalable nécessaire à la réalisation correcte de mouvements. Le tonus est le résultat d’une contraction permanente du muscle due à son excitation par les motoneurones a. Le réflexe myotatique détermine ce tonus. Le maintien du tonus postural et la réalisation de tout mouvement doivent nécessairement être contrôlés par le système nerveux central (SNC). Ce feed-back est fondé sur des informations proprioceptives (articulaires, tendineuses, vestibulaires...) et extéroceptives (cutanées, visuelles...). La sphère stomatognathique est tout particulièrement riche en récepteurs sensoriels de toute sorte qui renvoient des informations au SNC. Ces informations peuvent être spécifiques et aboutir à un décodage conscient mais aussi non spécifiques pour aboutir à la mise en jeu de structures sous corticales (formation réticulée et noyaux vestibulaires) directement impliquées, par des faisceaux neuronaux descendants, dans l’adaptation du tonus postural. Ces connexions entre les branches V2 et V3 du trijumeau et ces formations sous corticales sont connues par les anatomistes et les physiologistes depuis plus d’un demi siècle (travaux de Ramon y Cajal et Llorente de No). Elles permettent d’expliquer les nombreuses observations cliniques qui montrent qu’une anomalie occlusale peut être à l’origine d’une asymétrie de répartition du tonus musculaire au niveau des muscles antigravitaires entre les deux hémi-corps. Cette asymétrie, lorsqu’elle n’est pas compensée, peut chez l’enfant provoquer des attitudes scoliotiques, un trouble de la représentation interne de la verticale...et chez l’adulte, générer des douleurs musculo-articulaires et des troubles des activités posturo-cinétiques (posture statique, équilibre locomotion...). Il convient d’analyser tant d’un point de vue clinique qu’instrumental (posturographie) ce type de pathologie. Ces examens peuvent être réalisés plusieurs fois de suite dans des situations d’occlusion mandibulaire différentes (repos, intercuspidie, interposition de dispositifs etc...). Le praticien qui réalise ces explorations (le "posturologue") peut alors suspecter ou pas un problème de malocclusion et adresser le patient à un spécialiste. Le posturologue, en réexaminant le patient et en se reférant aux premières analyses, vérifiera objectivement que les interventions faites sur le patient vont dans le "bon sens".

Astuce pour visualiser la pente canine. (Dr Jean-Claude MONIN-Chirurgien-dentiste- Ancien Assistant H.U.)

L’appareil masticateur est une boite dont la fonction est le laminage des aliments.
Notre rôle est de favoriser le bon fonctionnement de cet appareil ou de le réhabiliter en cas de dysfonctionnement.
La canine est la frontière entre les dents antérieures et postérieures. Elle est souvent impliquée dans les différentes pathologies, et nécessite un "ajustage" de sa pente pour favoriser le mouvement d’entrée masticatoire et permettre la répartition des forces de laminage sur un maximum de dents.
Nous montrerons la manière simple que nous utilisons pour déterminer cette pente.

Postures velo-pharyngo-linguales et occlusion. (Pr Jean DELAIRE- Professeur honoraire des Hôpitaux de Nantes-Chirurgie Maxillo-Faciale.)

Lorsque, en ODF, il est question de posture, on évoque habituellement la station habituelle de la tête en position debout, essentiellement conditionnée par les muscles postérieurs et latéraux du cou.
Plus rarement on évoque celle des muscles faciaux superficiels naso-labiaux et labiogéniens et/ou celle des parties antérieures, mobiles, de la langue.
Jamais, ou presque jamais, il n’est question de l’état postural des muscles du voile, du pharynx et de l’appareil hyoïdien dont le rôle est pourtant essentiel dans le développement du squelette cranio-facial.
La meilleure connaissance du rôle de cette"chaine faciale et cervicale profonde" dans la morphogénèse faciale normale et pathologique (en particulier dans le développement mandibulaire), permet d’en déduire de meilleurs traitements, adaptés à chaque cas particulier, ceci notamment chez les respirateurs buccaux permanents, les ronfleurs apnéïques du sommeil et en cas de division vélo-palatine (avant et après chirurgie).

Incidence de l’occlusion sur la posture et des déséquilibres mandibulaires liés à l’occlusion et aux fonctions oro-faciales. (Jean-Marie LANDOUZY- Kinésithérapeute Ostéopathe.)

La relation établie entre l’occlusion et la posture est devenue une considération habituelle. Elle ne peut se concevoir que dans la mesure où l’occlusion dentaire influence la position et le biomécanique de la mandibule. Tout désordre de l’occlusion dentaire modifie la tension des muscles masticateurs et par là même la position de la mandibule. La liaison entre la mandibule, le crâne et le rachis cervical a été étudiée par de nombreux auteurs.
Il ressort des études que j’ai menées, l’existence d’une réciprocité entre eux (l’influence de la mandibule sur la posture et l’influence de la posture sur la mandibule). Les déséquilibres vont pouvoir être observés et étudiés selon le statique posturale et la dynamique du corps.
Cette réciprocité va nous permettre d’effectuer des diagnostics et de composer des traitements visant à corriger successivement et dans un ordre préétabli les déséquilibres pour obtenir une correction éthiologique de ceux-ci.
Je me propose, au cours de cet exposé, de vous en donner toutes les arcanes.

Rééducation des fonctions musculaires dans le cadre de l’orthodontie. Mme Maryvonne FOURNIER- Kinésithérapeute.

La rééducation des fonctions oro-faciales se compose de plusieurs sujets suivant le bilan initial :
- modifier la position de repos de la pointe de la langue
- modifier la déglutition atypique
- modifier les appuis musculaires lors de la phonation
- tonifier les lèvres, détendre les lèvres supérieures si besoin
- détendre le sillon labio-mentonier
- tonifier les buccinateurs et les équilibrer
- redonner une ventilation naso-nasale sans effort, 24h sur 24h au repos comme à l’effort
- supprimer les habitudes nocives
- modifier la posture : tête sur cou, attitude scoliotique ou scoliose, appui podal postérieur, appui podal antérieur, appui plus important sur un seul pied, pieds valgus.

Equilibre biodynamique de l’appareil manducateur. Alain PIRON- Diplômé d’Ostéopathie - Membre du Registre des Ostéopathes Belges.

Complexe OAA et gestion neuromusculaire du free way space.
Le free way space (FWS) est l’espace libre inter-dentaire présent chez l’individu en position de repos. Il est donc représentatif en normo-fonction de la posture eutonique de repos mandibulaire. Le fonctionnement du système manducateur peut être considéré à deux niveaux : un niveau intrinsèque et un niveau extrinsèque. Le premier fonctionne sans free way space, le deuxième avec. Le niveau intrinsèque recouvre les fonctions propres de l’appareil manducateur, il est l’objet de nombreuses publications. En revanche, le niveau extrinsèque, impliqué dans la gestion posturale fine de l’individu mérite une attention particulière. La gestion neuromusculaire de ce FWS est complexe et s’intègre dans l’équilibre des grandes chaînes musculaires de l’organisme. Elle participe crânialement au niveau du complexe crânio-cervico-hyo-laryngo-mandibulo-lingual (CCHLML) à un équilibre permanent entre d’une part, le système musculo-aponévrotique céphalique postéro-latéral assuré entre autre par la proprioception des muscles verniers (oculo-céphalogyre) du complexe occiput-atlas-axis (O.A.A.) et d’autre part, le système aponévrotique antérieur plus complexe et réparti en trois sous-systèmes principaux : le système manducateur, le système lingual et le système orbiculaire.

La cinématique mandibulaire peut elle caractériser une malocclusion ? Dr Jean-Louis RAYMOND - Orthodontiste - MCU-PH Strasbourg.

L’appréciation des cycles masticatoires peut s’évaluer simplement par l’examen clinique des mouvements de latéralité mandibulaires (AFMP*). Or, l’agencement des dents sur les arcades, autrement dit la forme de ces dernières-normales ou pathologiques- dépend en grande partie de la répartition des contraintes engendrées par la mastication. Il est dès lors logique de s’interroger sur l’existence éventuelle d’un lien entre les rapports dynamiques des arcades observés lors de ces examens (cinématique mandibulaire) et certains types de malocclusions.

* Angles Fonctionnels Masticatoires Planas.

Expansion transversale maxillaire et chirurgies fonctionnelles favorisant la ventilation nasale. Dr Marc BEHAGHEL - Chirurgie Maxillo-faciale.

Une ventilation nasale est un facteur essentiel pour un développement maxillo-facial et dentaire équilibré. L’obtention d’une bonne ventilation nasale va nécessité une perméabilité nasale et pharyngée suffisante et un contact bilabial au repos.
Une ventilation essentiellement orale est un facteur éthiologique important d’insuffisance de croissance transversale du maxillaire.
Les expansions transversales du maxillaire permettent d’augmenter le cadre osseux des fosses nasales. Elles participent donc activement à la ventilation nasale. En cas de déficit transversal, elles doivent être réalisées le plus tôt possible et maintenues pour bénéficier de la plasticité de la croissance membraneuse tant que persiste le dysfonctionnement ventilatoire. Elles sont souvent chirurgicales au delà de 12-13 ans en cas d’endognthie vraie et peuvent être associées à d’autres gestes de chirurgie fonctionnelle pour augmenter le flux ventilatoire nasal.
La correction d’un excés vertical antérieur par une génioplastie et/ou une impaction maxillaire va permettre d’obtenir un contact bilabial au repos, favorisant une ventilation nasale et éliminant les crispations labiomentonnières.

Posturologie et orthodontie : liaisons dangereuses ? Dr Alain MEUNIER-GUTTIN-CLUZEL- Médecin stomatologiste, Spécialiste en ODF.

Pourquoi ? Les afférences trigéminales font relais dans les noyaux vestibulaires et agissent comme perturbateurs de la régulation du tonus postural. Elles sont dentaires, ligamentaires, musculaires, capsulaires... Trois réponses sont possibles : indifférence, amélioration, détérioration, à un moment donné, chez un patient donné.
Quand ? Lors de tout examen orthodontique initial et à chaque changement de système de forces orthopédiques et orthodontiques.
Comment ? L’examen clinique postural 3D et réseau de référents posturologues.

Orthodontie et Ostéopathie. Mme Roselyne LALAUZE-POL- Ostéopathe D.O.- Service de Chir. Maxillo-faciale et ODF. Hôpital R. Debré.

Voilà plus de 20 ans que le service du Pr. Deffez s’intéressait au schéma corporel. Sepuis 5 ans, sous l’impulsion conjointe de Sélim Bénnaceur et de Patrick Fellus, une consultation d’ostéopathie a été créée au sein du service de Chirurgie Maxillo-Faciale et d’Orthopédie Dento-Faciale de l’hôpital Robert Debré.
L’analyse tridimentionnelle du Pr. Delaire a montré que les classes II et III étaient corrélées avec la valeur de l’angle sphènoïdal (N-S-Ba) à l’âge orthodontique.
Les nouvelles coupes développées par Monique Elmaleh du service d’Imagerie Médicale nous a permis d’approfondir l’analyse de cet angle pour les classes II et III et celle de l’angle pyramidal pour les troubles transversaux. L’analyse du rachis cervical sur la téléradiographie et l’analyse posturale sont systématiques. La correction par mobilisation cervicale ainsi que des autres troubles statiques (rachis,bassin,membres inférieurs) est réalisée dès la première consultation. La correction des compressions et autres troubles (synchondraux ou suturaux) cranio-faciaux suit.
Les forces appliquées tant par l’orthodontiste (forces permanentes) que par l’ostéopathe (forces séquentielles et ponctuelles) sur des plages osseuses et/ou cartilagineuses, ont une action mécano-transductrice à visée correctrice. L’approche pluridisciplinaire "OFD précoce et Ostéopathie" nous permet de prendre en charge ces différents fonctionnements, la prise en charge ostéopathique peut intervenir plus ou moins tôt (premiers mois de vie).

Therapeutic change of posture- A functional orthopedics identity. Therapeutic change of posture- A jaw functional orthopedics identity. Wilma SIMOES-Cirurgà dentista Sao Polo.

The purpose of this lecture is to discuss Therapeutic Change of Posture, TCP as the most evident identity of Jaw Functional Orthopedics. The decision about the selection of the TCP type requires specifically three considerations about : incisor(s) contact, protusion-retrusion and the TCP that would better fits with the requirements of anchorage and objectively could get the outcome imposed by the main priority. The TCP classification is by the dynamic point of view considering movement, besides posture. It is possible better select the most proper interface between appliance and oral structures assuring the best interchangeable stabilitymovement considering the interplay between mandible and tongue other structure positions.
Condition of functional priority and clinical results.
Clinical results are our final professional target. The biological structures are the most important partners of the purpose. These structures must help before, during and after the treatment, for the case solution. Growth and development, function, movement, that is a series of postures and other natural forces are the giants contributing for every outcome. The Octagon of Functional Priority is the representative of the interralationship between TMJ-Tongue- Mandible-Neck- Head-Spinal-Column-Infra-Mandible Region- Airway Passage- TMJ keep on going to a new cycle. When these never ending influences are not in equilibrium sometimes it is needed to manage it interdisciplinary.

Incidence de l’occlusion sur la posture. Dr Gérard DI MASCIO- Medecin Ostéopathe.

Posture et occlusion : apport de la photo en 3 dimensions.
Le dossier présenté est celui d’une femme quadragénaire qui se plaint depuis de nombreuses années de céphalées d’Arnold, résistant au différents traitements.
La patiente comparée au groupe temoin non algique présente deux particularités observables sur le bilan en 3D sur la reconstruction du profil :
- un recul de la tête
- un enraidissement de la distance cornée/bords externes des clavicules.
Cliniquement elle présente une diduction vers la droite de la machoire, une douleur à la palpation de l’ATM droite et une douleur à la palpation sous occipitale droite.
La mis en place d’un petit morceau de coton du côté de la déviation de la machoire c’est à dire du côté droit permet de constater une modification immédiate du profil, qui se traduit par une avancée de 22 mm de la position des cornées. La patiente normalise son profil.
Influence de l’occlusion sur la posture et des déséquilibres mandibulaires liés à l’occlusion et aux fonctions oro-faciales.

Importance de l’entrée podale dans la prise en charge thérapeutique en orthodontie. Mme Rosane FOURAGE - Podologue.

La posture exprime la manière dont l’organisme affronte les stimulations du monde extérieur et se prépare à y réagir.
Elle assure essentiellement 2 fonctions :
- une d’orientation et d’interface avec le monde extérieur pour la perception et l’action, position du corps par rapport au monde extérieur et inversement ;
- une fonction antigravitaire de stabilisation.
Le pied est le point fixe du pendule inversé lors des oscillations posturales. Son rôle est déterminant en tant que capteur : il constitue une source capitale d’informations extéroceptives et proprioceptives dans le système de régulation de l’équilibre. Il peut aussi être le siège de lésions douloureuses qui modifient le tonus postural : "les épines irritatives d’appui plantaire". Toute défaillance de la base d’appui, quelle soit biomécanique ou neurosensorielle peut notamment perturber la stabilisation de la tête, sachant que celle-ci influence la qualité de l’occlusion.
Les différentes stratégies d’équilibration adoptées par les enfants et les adultes reposent sur des principes fonctionnels d’organisation spatiale et d’organisation temporelle. Si le pied peut constituer le référentiel stable où le contrôle s’effectue de façon ascendante en statique, en revanche en dynamique, le référentiel stable peut être soit le bassin, soit la tête. Les stratégies d’équilibration nécessitent donc des référentiels stables et équilibrés d’ou la nécessité lors de l’examen clinique d’investiguer la pied, le bassin... la posture dans son ensemble.

Innervation tactile des dents et dysfonction temporo-mandibulaire. Pr Francis HARTMANN - Chirurgien-Dentiste - Habilité à diriger des recherches.

La dualité de l’innervation dentaire, chez lez mammifères, est établie depuis plus de trente ans. Le mécanisme de l’information sensorielle dans cette classe est entièrement comparable.(Pr Huebel, Prix Nobel, Harward University).
On peut regretter que le versant algique ait monopolisé l’attention des cliniciens, au détriment du versant tactile. Ce n’est pas le cas du regretté PLANAS qui intuitivement et empiriquement avait su utiliser les informations tactiles dentaires au cours de sa réhabilitation neuro-occlusale(R.N.O.).
Entre deux parafonctions, le grincement (bruxisme excentré) et le serrement (bruxisme centré) cette dernière est infiniment plus délétère pour l’organisme. La crispation des mâchoires dents serrées, chez un sujet stressé, est susceptible d’être à l’origine de douleurs référées et de troubles associés, qui, en première analyse, ne semblent avoir aucun rapport avec les maxillaires, les dents et l’A.T.M.
Les travaux des japonais établissent, de manière indiscutable, le lien entre les pressions dentaires et le muscle splénius.

Pour en savoir plus sur ce sujet, vous pouvez visiter le site très intéressant et très interactif du Pr Francis HARTMANN : http://tmd-dentalmedical.org/

Peut-on "expliquer" la morphogénèse et l’évolution des vertébrés par de simples mouvements de tissus, contraints par les lois de la physique, la génétique fournissant les valeurs des paramètres des mouvements (position des curseurs). Vincent FLEURY - Chargé de Recherches au CNRS - Universté Paris Diderot, Laboratoire Matière et systèmes complexes.

Lors des premières étapes du développement embryonnaire,la matière vivante a un comportement de fluide (gel) peu visqueux. On peut alors traiter les mouvements de cette matière avec des concepts issus de l’hydrodynamique. Pa ailleurs, il s’agit d’écoulements lents (jours, voir semaines), confinés dans des couches fines (les feuillets cellulaires). En tenant compte de ces propriétés on peut ramener l’essentiel des mouvements embryologiques observés à des écoulements simples, tourbillonnaires, commandés par des forces de traction cellulaires. La génétique s’introduit alors dans les paramètres physiques du problème, tels que viscosité, élasticité etc..., et fournit un ensemble de préfacteurs, déterminant le contenu chimique des cellules et de la matrice extra-cellulaire, mais pas le type de champ de croissance. Cette description permet de comprendre assez précisément les premières étapes de développement d’un embryon typique, et en particulier d’expliquer l’émergence d’un plan "génétique" qui est celui des vertébrés tétrapodes.
Cependant, l’écoulement lui-même crée des trajectoires cellulaires constituant une texture, qui sert de moule à nombre de détails comme les vaisseaux sanguins, les côtes etc... Cette texture peut être observée par fluorescence, ou bien par ombroscopie, elle est congruente avec le motif des structures embryonnaires. Ces observations aboutissent à une possible explication de l’apparition successive d’animaux dans un certain ordre, commandée par le sens de la texture, et comment celle-ci change lorsque les préfacteurs du modèle hydrodynamique adimensionné sont modifiés. Extrapolé à l’homme, ce type d’écoulement explique très naturellement la dynamique de formation de la tête, il peut même permettre de comprendre un phénomène débattu comme la néoténie morphologique : pourquoi les bébés chimpanzés ou orang-outans ressemblent davantage à des humains que leurs parents. Cette approche nouvelle permet d’intégrer de façon globale l’ensemble des mouvements et déformations aboutissant à la forme d’un animal, et explique pour une part, les "corrélations" entre parties, souvent inattendues. Elle soulève des questions controversées en matière d’évolution. Je présenterai aussi simplement que possible les concepts physiques liés à cette problématique, les conséquences épistémologiques et philosophiques, et les contributions de ces idées à une approche globale de la morphogénèse.

Dr Jacqueline KOLF - Médecin Stomatologiste, Présidente de l’AFPP.

En 1987, Pedro Planas publiait son ouvrage intitulé "La Réhabilitation Neuro-Occlusale" : il y énonçait ses propres idées concernant les pathologies fonctionnelles de l’appareil manducateur. Ces concepts provenaient de 50 années d’observation directe de ses malades.
Mais , comme toujours quand un medecin utilise la méthode anatomo-clinique pour décripter les pathologies qu’il a sous les yeux, les idées qu’il émet quant à leur étiopathogénie restent des hypothèses.
En 2004, nous avons apporter des justifications scientifiques à quelques unes de ces hypothèses.
Planas pensait que les fonctions de la manducation jouaient un rôle important dans le développement cranio-facial. C’est cet aspect de sa pensée que nous essaierons de justifier cette année au travers des travaux de recherche, le plus souvent conduits en laboratoire.
A. Woda nous a dit un jour que Planas nous avait apporté 50 ans de questionnement. Ce sont quelques années studieuses qui nous attendent.

Etude épidémiologique de la posture chez les enfants d’âge orthodontique. Dr Jean-Baptiste KERBRAT - Medecin ODMF - Responsable ODF Hôpital de la Pitié Salpétrière.

Le but de cet exposé est de montrer les résultats d’une étude du centre de gravité sur une population en occlusion ou en désocclusion et cela pour les endognathies et les Classes II osseuses.

Pourquoi 80% des praticiens pensent-ils que les parodontopathies sont déclenchées par les éléments microbiens ? Dr Jacques BORIE - Medecin Stomatologiste.

Les lésions parodontales ne sont JAMAIS déclenchées par les éléments microbiens : facile à dire, mais à prouver...
De même que nous avons une démarche corporelle personnelle qui est désirée par notre système neuro-musculaire, de même, au niveau de la bouche, en dehors des repas donc 23 heures sur 24, nous avons une occlusion physiologique désirée par notre système neuro-musculaire : occlusion utilisée 1500 fois par jour en éveil pour nos déglutitions.
Si la fonction buccale (mastication et déglutition) est parfaite, pas de problèmes.
Mais s’il se crée un petit obstacle, pour déglutir 1500 fois par jour, l’organisme va éviter soigneusement mais inconsciemment cette prématurité et donc contacter quelques autres dents un peu en avant, ou en arrière, ou à droite, ou à gauche ; et ces dents ne sont plus contactées selon leur axe normal avec création de poches parodontales rapidement envahies et augmentées par les éléments microbiens.

La RNO de 6 à 66 ans ou la remise en fonction des jeunes patients, de leurs parents et de leurs grands-parents. Dr Christian MINAUD - Chirurgien-Dentiste - Spécialiste en ODF.

Je remets en marche la machine à mastiquer de mes jeunes patients, de leurs parents et de leurs grands-parents.

Omnipratique et RNO. Dr Jean-Claude MONIN - Chirurgien-Dentiste - Ancien Assistant H.U.

Faire de l’omnipratique c’est être un "multispécialiste". Il faut être compétant en othodontie, dentisterie, parodontologie, prothèse fixe ou adjointe, prothèse totale, implantologie, posturologie !!! Le point commun à l’ensemble des disciplines dentaires est la fonction. Connaître le normal pour appréhender le pathologique. Utiliser ou inventer des techniques, peut être différent en fonction des praticiens et pourquoi pas des cultures, mais toujours dans le même but : la mastication unilatérale alternée, seule garante de l’équilibre du système manducateur et de son intégration harmonieuse dans l’organisme. Là est le défit de la RNO.






 


- Résumé des communications de Lille. Mai 2011.(2ème partie)

- Résumé des communications de Lille. Mai 2011. (1ère Partie)

- La Réhabilitation Neuro-Occlusale (RNO).

- Résumés des conférences des Journées Cliniques de Dinan en Mai 2009.

- Analyse occlusale d’écoliers indigènes d’Amazonie.(Bedoya A., Rivera S., Triana F.E.)

- La canine des hominidés : une approche anthropologique. Pascal PICQ. Collège de France, Paris.

- Résumé des communications de Vichy

- Allaitement et malocclusions (Dr Jean-Louis RAYMOND)

- Génétique- Epigénétique ( Dr Raymond INGRAND)

- Résumé des communications d’Annecy

0 | 10

- Journées Cliniques" les 26, 27 et 28 mars 2015 (...)
- LES SEMINAIRES
- LE 6ème CONGRES INTERNATIONAL FIAPP-RNO
- Le 5ème Congrès de la FIAPP à PARIS (2ème (...)
- Le 5ème Congrès de la FIAPP à PARIS (1ère (...)

Création de site internet
EFINET - Création de sites Internet à Reims